La Grande Grotte aux Fées de Vallorbe est bien connue des habitants de la région. Son porche s’ouvre en grand, en rive gauche de l’Orbe, sous la route qui relie Vallorbe à la Vallée de Joux. Jusqu’à preuve du contraire, ces grottes n’ont rien en commun avec les célèbres Grottes de l’Orbe, aménagées pour les touristes.

De toutes les cavernes de Suisse romande, les grottes aux Fées de Vallorbe sont les plus visitées. Equipés de lampes de poche ou de bougies, des centaines de visiteurs du dimanche parcourent chaque année ces galeries à la recherche de quelques émotions. La plupart s'en tiennent aux galeries spacieuses de la Grande grotte, qui n'offre pas de difficulté sur près de 200 mètres, mais certains s'aventurent également dans les conduits exigus de la Petite grotte, dont le développement atteint quelque 300 mètres.

C’est au fond de la Grande grotte aux Fées que sont entrepris d’importants travaux de désobstruction, entre les années 2000 et 2004. Une poignée d’hommes déterminés découvrent une suite qui sera explorée sur plusieurs kilomètres. C’était précisément l’objet de la première conférence, présentée au public en 2005.

Puis, les explorations se poursuivent. Des passages parfois aquatiques, boueux ou étroits ont conduit à un réseau de galerie inespéré pour les spéléologues. Ceux-ci ont le privilège de mettre la main ou l’homme n’a jamais mis le pied ! Chaque mètre est cartographié et, tels les premiers explorateurs, ils baptisent les lieux découverts : Passage du Napomètre, Lac des Fruits Défendus, Rivière Blizzard, Salle du Dôme, Galerie Polaire, Siphon des Chercheurs d’Or... .

Le réseau s’étend au fil de chaque nouvelle incursion souterraine. Un bivouac est même installé : les spéléologues peuvent désormais planifier des explorations de plusieurs jours, tout en assurant une bonne sécurité en cas de subites précipitations.

Topo_Reseau_Fees.jpg

En 2008, la Grotte aux Fées est délaissée et ses habitantes retrouvent leur quiétude. En effet, toute l’équipe (et quelques renforts) est investie d’un nouveau travail de forçats, en surface : il semble qu’un nouvel accès soit possible, à condition de dégager l’entrée d’une ouverture découverte à l’aplomb du réseau. Après des mois de dur labeur, la connexion avec le Réseau des Fées est enfin réalisée. Une nouvelle entrée, très verticale, réduira le temps nécessaire pour rejoindre le terminus d’exploration. La deuxième conférence (en 2008) est dédiée à la présentation de l’étendue de la grotte et présente une brève présentation de la nouvelle entrée, baptisée « Baume des Follatons ».

Depuis 2008, l’accès via le proche de la Grande Grotte aux Fées est ignoré, au profit de la Baume des Follatons. L’exploration se poursuit et le Réseau des Fées devient la plus grande cavité de Suisse romande. Après plusieurs kilomètres, de grands lacs forcent à l’utilisation de bateaux de fortune. Récemment, le Groupe d’Exploration aux Fées a découvert une galerie très concrétionnée et plusieurs ossements d’ours des cavernes (= Ursus Spelaeus). Grâce à des collaborations scientifiques, au soutien de la Loterie Romande et autres mécènes, les explorateurs réunissent la somme suffisante à une datation au Carbone 14 de plusieurs échantillons.

Près de 10 ans après la découverte du réseau, il était temps d’informer à nouveau la Municipalité de Vallorbe et sa population. C’est ainsi que la troisième conférence est organisée.

Le Groupe d’Exploration Aux fées propose un programme varié qui pourra répondre à toutes vos questions. Les multiples intervenants présenteront des films, des photographies, des cartes, les ossements découverts. Ils feront le point sur les explorations menées durant les 9 dernières années et donneront quelques perspectives sur nos prochaines étapes. Flyer_GEF_Conference_22_nov.jpg

Quelques liens :